Episode 1 : Y'a un truc qui cloche !   Jérémie bébé

 

Juillet 1995... Après tous ces mois d'attente, et d'angoisse surtout, notre petit Jérémie était enfin là !

Evidemment, à nos yeux, notre bébé était le plus beau bébé du monde... Mais si, je vous assure, Jérémie était vraiment à croquer (mais c'est qu'elle insiste !!!),  et je me souviens comme si c'était hier de la secrétaire médicale qui l'appelait "le bébé pub"...

Mais surtout, il était en pleine forme : quel immense soulagement ! Tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes. Que du bonheur, avec un grand B.

 

 

famille

 

Jérémie a grandi... C'était un petit garçon comme tous les autres petits garçons !

Nous avons vécu la série des "premières fois" : le premier sourire, le premier petit pot, le premier mot, la première fois qu'il s'est mis assis, qu'il a marché à quatre pattes, qu'il s'est tenu debout, les premiers pas...

Ah, les premiers pas ! La chose qu'on guette tous avec impatience, en priant très fort pour que ça n'arrive pas avec quelqu'un d'autre que nous !!!

Pour nous, c'est ici que les choses se sont gâtées... 

Jérémie a commencé à marcher tardivement, à plus de 18 mois, mais il se contentait de courtes distances. C'était notre aîné, nous n'avions  pas d'éléments de comparaison, mais quand même, un enfant commence par faire de petites échappées puis part ensuite rapidement pour de plus grandes explorations, non ? Pas notre Jérémie... Forcément, ça nous inquiétait, surtout moi... J'en ai bien évidemment parlé au médecin, qui s'est un peu moqué en disant que j'étais une petite maman inquiète, et j'ai eu droit à : "Mais vous voyez bien qu'il marche votre fils".

Les semaines s'écoulaient, identiques, augmentant notre inquiétude. Jusqu'au jour où j'ai vu Jérémie marcher, de dos, entre son papi et son papa, qui tous deux le tenaient par la main : là, j'ai remarqué nettement qu'à chaque pas il faisait un mouvement de rotation avec son pied droit. Plus de doute possible, il y avait bel et bien un problème, il nous fallait agir.

Mais comment faire, puisque le médecin ne voulait rien entendre ? Tout simplement en prenant nous-mêmes rendez-vous chez un pédiatre... ce qui a déclenché le mécontentement du médecin lorsqu'il l'a su à la consultation suivante. Cette fois-ci j'ai eu droit à : "Mais vous vous rendez compte, madame, si tout le monde faisait comme vous et prenait ses petits rendez-vous à droite à gauche comme ça ?" (j'avais également pris rendez-vous chez un ophtalmologiste, car Jérémie tournait souvent la tête de côté, comme les petits enfants qui font leur timide, mais cela nous semblait étrange). J'ai insisté, argumenté, défendu ma cause une fois de plus...

Et finalement, ce jour là, le 11 avril 1997, le médecin a reconnu qu'à 21 mois Jérémie ne marchait pas comme on l'entend au sens habituel du terme, et il a fini par constater qu'il fauchait à droite en marchant. Mon petit bonhomme s'est alors retrouvé allongé sur la table d'auscultation, le médecin lui a relevé les deux jambes, puis les a laissées retomber. La jambe gauche est retombée tout doucement, mais la jambe droite est retombée d'un seul coup. Là, le médecin a déclaré : "Ah effectivement, il doit y avoir un petit problème moteur. C'est quand votre rendez-vous chez le pédiatre ?". Quand je lui ai donné la date, le médecin a décroché son téléphone pour avancer le rendez-vous...

Inutile de vous préciser à quel point j'étais en colère : cela faisait des mois que je disais qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas et là, il lui avait juste suffi de lui relever les jambes et de les laisser retomber pour s'en rendre compte !!!

La grande question est donc : S'IL LUI  SUFFISAIT JUSTE DE FAIRE ÇA, ALORS POURQUOI NE PAS L'AVOIR FAIT PLUS TÔT ?

 

A suivre...

 

 

 Et vous, avez-vous déjà été confronté à cette situation face à un médecin ? 

Commentaires   

Lily
# Lily 04-09-2014 21:28
C'est incroyable! Tu as eu raison d'être énervé. Et de plus, tu as tout à fait le droit d'avoir un pédiatre pour ton enfant, c'est très courant et même plus fréquent qu'un médecin généraliste.
Répondre | Répondre en citant | Citer
Sylvie
# Sylvie 07-09-2014 12:48
Merci Lily ! Eh oui, je suis bien d'accord avec toi, c'est courant d'avoir un pédiatre pour son enfant, peut-être même plus en effet que d'avoir un médecin généraliste. En tout cas voilà la réaction de mon médecin ! Je pense surtout qu'elle était vexée que je ne m'en sois pas tenue à en rester là où elle voulait que j'en reste... Elle a du penser que je n'avais pas confiance... En prenant RDV avec un pédiatre je me mettais en opposition avec elle, juste pour une intuition de maman, ce qu'elle ne voulait pas admettre évidemment !
Répondre | Répondre en citant | Citer
ChinoAimi
# ChinoAimi 08-11-2014 19:29
Bonjour !!c'est moi qui ai poster ceci : www.girls.fr/.../
(Merci pour ton commentaire au passage)
Tu avais raison de t'inquiéter. étant moi même atteinte,je me posais des questions sur mon handicap, et j'ai appris par mon médecin que plus vite on repère les handicaps dès le plus jeune age, plus vite on peut les soigner ou du moins éviter que le cas ne s'aggrave.Je pense que le cas aurait pu s'aggraver.Tu as pris une bonne initiative.
Répondre | Répondre en citant | Citer
Sylvie
# Sylvie 09-11-2014 14:43
Merci beaucoup à toi pour ton passage et ton commentaire par ici, c'est sympa...

En ce qui concerne Jérémie, si sa maladie avait été décelée plus tôt, il aurait eu effectivement moins de séquelles... Vu que le médecin ne réagissait pas, je suis contente d'avoir tapé du poing sur la table. Plus tard, elle m'a dit ceci : "vous pourrez dire à votre fils que s'il est sauvé c'est grâce à vous". C'est sûr, ce n'est pas grâce à elle !

Je te souhaite bon courage pour la suite : ne baisse jamais les bras. Il faut toujours s'accrocher et y croire.
Répondre | Répondre en citant | Citer
Caroline T.
# Caroline T. 15-09-2017 13:03
Coucou Sylvie,

Me voilà sur ce blog ou je prendrai le temps de lire un article par jour. Ai-je déjà été confrontée à cette situation? Oui, et pas seulement dans le domaine médical, mais ce domaine là est celui le plus parlant pour moi. Tu dois le savoir j'ai des jumeaux. Le 23 janvier 99, c'était un samedi, je faisais les magasins pour acheter le nécessaire à la soirée prévue le soir même pour mon anniv. J'étais enceinte de 32 semaines, et j'ai constaté que je n'arrêtais pas d'uriner fréquemment mais en petite quantité depuis le matin. Bref, étant à côté de la clinique ou je devais accoucher dans quelques mois, je me suis rendue aux urgences pour faire un contrôle. On m'a auscultée mais ils n'ont rien vu de spécifique. Ils m'ont tout de même mise dans une chambre et ont appelé mon gynéco-obstréti cien pour qu'il vienne m'ausculter lui aussi. En attendant son arrivée, ils m'ont mis une perf avec un produit pour je sais plus quoi. Ce produit me faisait mal au coeur. Bref environ deux heures après, mon gynéco arrive, m'ausculte, et me dit: "bon ma grande on va te garder hospitalisée afin que tu poursuives ta grossesse le plus longtemps possible, 32 semaines c'est trop tôt pour accoucher". Ben moi j'ai dis "non"! J'ai dis "désolée, mais les garçons arriveront quand ils l'auront décidé et je ne veux aucun produit dans le corps, donc merci de m'enlever ce produit qui me fait mal au coeur". Mon médecin me connaît, je suis têtue, et pour lui, c'était samedi, donc il voulait continuer son week-end. :-) Donc il m'a fait signer une décharge et m'a faite emmener en ambulance jusqu'à Chambéry ou il y a une unité pour grands prémas (au cas ou!). Arrivée là-bas vers 23h45 (adieu ma soirée d'anniv :), ils m'ont à nouveau auscultée et se sont rendus compte que j'avais perdu la poche des eaux et que les enfants étaient en grande détresse. Bref, 15mn après j'étais au bloc pour une césarienne. Tout cela pour te dire que si j'avais accepté de rester à la clinique, de prendre ce produit qu'on m'injectait, et bien j'aurai perdu mes enfants, car personne n'a vu que la poche des eaux était percée, et qu'en fait je m'étais vidée depuis le matin. Moralité, le jour de mon anniv, j'ai eu un superbe cadeau avec l'arrivée des garçons. Personnellement j'ai toujours écouté mon intuition, peu importe qui j'ai en face de moi, et elle ne m'a jamais fait défaut. Il ne faut pas se laisser influencer par la personne en face, car même si c'est son métier, elle n'en reste pas moins un homme avant tout, avec son expérience et ses propres convictions. :-)

Bisous, à demain!
Répondre | Répondre en citant | Citer
Sylvie
# Sylvie 15-09-2017 19:06
Hello Caroline !
Ça me fait tout bizarre de te retrouver là sur ce blog. Et je suis toute retournée par ton témoignage et donc ton histoire... Déjà, non, je ne savais pas que tu avais des jumeaux, je savais juste que tu avais au moins un garçon pour l'avoir vu en photo sur ton blog ;-)
La naissance de tes enfants le jour de ton anniv, je trouve ça vraiment génial, mais plus encore dans ces conditions, sachant que si tu n'avais pas écouté ton intuition c'est un drame qui aurait eu lieu à la place d'autant de joie...
Comme tu dis, même les spécialistes dans un domaine précis peuvent se tromper, car oui, ce sont avant tout des hommes. Je suis bien d'accord avec toi, l'erreur est humaine, et c'est bien ça qui est dur justement... Car une secrétaire qui va se rendre compte qu'elle a fait des fautes dans son courrier peut le réimprimer avant de l'envoyer, tandis que l'erreur d'un médecin peut-être fatale et que là on ne peut pas refaire les choses...
Sinon je constate que tes garçons sont nés en 1999 : comme notre fille Justine donc ;-)
Très bon week-end à toi et au plaisir de te retrouver demain. Gros bisous.
Répondre | Répondre en citant | Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Catégorie : RETOUR DANS LE PASSE

Restez informés !

Traduction

A propos

110722 036

Bonjour et bienvenue sur ces pages qui retracent la vie de mon fils hémiplégique et vous donnent des informations utiles dans ce domaine. 

Suivez-moi sur Facebook

 
 

Recherche

});